Présentation de l'Université de la Polynésie Française, tout nouveau membre du club de la géomatique

Présentation de l'Université de la Polynésie Française, tout nouveau membre du club de la géomatique

L’université de la Polynésie française

L’UPF est un établissement public d'enseignement supérieur et de recherche implanté sur le campus d’Outumaoro, à Punaauia sur la côte ouest de l’île de Tahiti.

Elle a pour origine l’université française du pacifique (UFP), créée en 1987 qui regroupait les sites de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française. Les deux centres sont devenus autonomes en 1999 devenant ainsi l’Université de Nouvelle-Calédonie (UNC) et l’Université de la Polynésie française (UPF).

L’UPF propose une offre de formation diversifiée pluridisciplinaire et assure des missions de recherche pour le développement scientifique, technologique et culturel de la Polynésie française.

L’offre de formation :

  • Trois départements de formation : Droit, Economie, Gestion (DEG), Lettres, Langues et Sciences Humaines (LLSH), Sciences, Technologies et Santé (STS),
  • Un service de formation continue
  • Un institut national supérieur du professorat et de l'éducation (INSPE)
  • Un Institut Confucius

La Recherche :

  • 4 laboratoires
  • Une unité mixte de recherche
  • Une unité de service et de recherche MSH-P 
  • Une école doctorale (commune avec l’UNC)

Depuis 2023 les chercheurs de tous les laboratoires de l’UPF, ainsi que beaucoup de chercheurs de Polynésie française (IRD, ILM, IFREMER, …), ont intégré un nouveau bâtiment qui se veut être le centre névralgique de la recherche sur le territoire.

L'UPF est également un pôle d'excellence dans l'étude et la mise en valeur du patrimoine polynésien et des cultures et civilisations océaniennes. Ouverte sur le pacifique et sur le monde, l’université possède 26 accords d’échanges dans 17 pays.
 

La géomatique à l’UPF

L’enseignement de la géomatique à l’université de la Polynésie française a graduellement été proposé au niveau licence (Science de la Vie, Géographie, …) mais aussi en master2 (Environnement Insulaire Océanien). Il va être proposé dans la nouvelle licence Sciences de la Transition Ecologique et Sociétale mention Transition en Milieu Multi-Insulaire qui ouvrira en 2024-2025 mais aussi en formation continue.

Les travaux de recherche en télédétection au sein du laboratoire GEPASUD ont débuté en 2001 avec l’étude du couvert végétal des îles hautes et des atolls polynésiens à partir d’image satellites THR, radar et de données ancillaires. Validant ainsi l’intérêt de la télédétection, directe et indirecte mais aussi multi-source, en Polynésie française : 120 îles hautes et atolls réparties sur un territoire grand comme l’Europe. 

En 2014, la thématique de recherche a été élargi à la géomatique par le traitement conjoint d’informations vectorielles et de télédétection et l’utilisation des SIG libres.
Pour ce faire, une banque de données géomatique expérimentale, multi thématique, a été mise en place sur le site pilote de l’atoll de Tetiaroa, permettant la surveillance de l’environnement et l’aide à la recherche. Les cartes sont accessibles sur un serveur de cartes en ligne.

Les thématiques abordées concernent aussi bien la géomorphologie diachronique des motus depuis 1955, la cartographie des toponymes culturels, les sites archéologiques, les lieux de pontes des tortues marines, l’environnement des moustiques dans le cadre de l’expérience de lutte anti vectorielle (technique de l’insecte stérile), les biotopes marins, intertidaux et terrestres, le suivi des échantillonnages scientifiques, la cartographie des strates de végétation à l’aide de données lidar, etc.

Une thèse de doctorat est actuellement en cours sur la mise au point d’un protocole de surveillance environnementale des atolls, afin d’adapter les techniques de télédétections aux spécificités des atolls coralliens polynésiens.

Liens : 
https://recherche.upf.pf/fr/laboratoire/gepasud/
https://recherche.upf.pf/fr/membre/benoit-stoll/
https://gis.upf.pf